Techniques et TraitementsTechniques de Reproduction Asistée

La reproduction assistée pour les femmes lesbiennes

femmes lesbiennes

La société espagnole est l’une des plus ouvertes et respectueuses par rapport à l’orientation sexuelle des personnes, ce qui est établi dans notre législation en matière de reproduction assistée.

« Toute femme âgée de plus de 18 ans et avec la pleine capacité d’agir pourra être receveuse ou usagère des techniques régulées par cette loi si elle a donné son consentement par écrit à leur utilisation de manière libre, consciente et expresse. La femme pourra être usagère ou receveuse des techniques régulées dans cette loi quel que soit son état civil et son orientation sexuelle. »

Ginefiv a été témoin et partie prenante de cette réalité sociale, concrètement dans la Comunidad de Madrid, en traitant les couples de femmes lesbiennes depuis 1988.

Depuis, Ginefiv a expérimenté un surcroît important année après année du nombre de femmes venant à notre centre et nous accordant leur confiance pour mener à terme leur projet de devenir une famille.

Quels sont les traitements auxquels peut se soumettre un couple lesbien ?

Les options que la reproduction assistée actuelle met à disposition des femmes lesbiennes pour atteindre la grossesse sont essentiellement les mêmes que pour le reste des femmes sauf pour le besoin d’avoir recours aux échantillons de notre banque de sperme (cliquer ici pour plus d’information). Les couples de lesbiennes mariées peuvent opter en plus pour la méthode ROPA.

Qu’est-ce que la méthode ROPA ?

L’une des alternatives de plus en plus demandée par les couples lesbiens est celle connue comme la méthode ROPA (Réception d’Ovocytes de la Partenaire) aussi nommée « maternité partagée ». Il s’agît d’un traitement de Fécondation In Vitro partagé entre les deux femmes, l’une d’elles suivant un traitement de stimulation ovarienne et donnant ses ovocytes à l’autre qui reçoit dans son utérus les embryons résultants après la fécondation desdits ovocytes avec le sperme d’un donneur.

Ainsi, les deux femmes peuvent participer de manière active au processus en tant que mères biologiques : la première serait la mère génétique et la deuxième la mère gestante.

La loi espagnole établie que le don est anonyme. Pour cela, la loi de reproduction assistée 14/2006 a été modifiée afin de pouvoir reconnaître la maternité des deux femmes pour l’enfant né grâce à des techniques de reproduction assistée réalisées pour des raisons non seulement médicales mais de choix personnel. Ce dernier point entraîne que ce don d’ovocyte non anonyme soit une exception légale dans les cas de couples lesbiens mariés.

Qu’est-ce qui se passe si nous ne pouvons pas utiliser nos ovules ?

S’il y a une raison médicale pour déconseiller l’utilisation des propres ovules, il existe la possibilité de faire appel à des ovocytes (cliquer ici pour plus d’information) ou à des embryons donnés (cliquer ici pour plus d’information.

 

Partager ce contenu: