La stérilité et l’infertilité « Poids et infertilité »

Le poids joue un rôle important dans les chances de reproduction d’un couple. Un changement important de poids normal, qu’il s’agisse d’une prise ou d’une perte de poids, peut être une cause d’infertilité aussi bien chez les hommes que chez les femmes et peut même réduire les possibilités de succès des traitements de reproduction assistée. On émet même l’idée que 12% des cas d’infertilité primaire sont liés à des problèmes de poids.

La graisse corporelle a un effet sur la production de l’hormone libératrice de Gonadotrophine (GnRH), hormone essentielle à l’ovulation régulière chez la femme mais aussi à la production spermatique chez l’homme. Plus précisément, la GnRH active la sécrétion de l’hormone lutéinisante (LH) et de l’hormone folliculostimulante (FSH), toutes deux essentielles pour le développement des ovules et des spermatozoïdes

Qu’est-ce que l’indice de masse corporelle ?

Lorsque l’on parle de poids idéal, d’obésité ou de faible poids, on se réfère à l’indice de masse corporel (IMC). L’indice de masse corporelle (IMC) est une mesure qui associe le poids et la taille d’un individu. La formule mathématique permettant de le calculer est très simple : Poids (en kilogrammes) divisé par la taille (en mètres) au carré. Un IMC situé entre 18 et 25 est considéré comme un rapport poids / taille adéquat ou normal.

L’obésité

A.) Chez la femme : Il existe un très grand nombre de troubles communs liés à l’obésité de la femme qui peuvent avoir un impact négatif soit sur la possibilité de grossesse (qu’elle soit obtenue naturellement ou à l’aide de techniques de reproduction assistée) soit sur la possibilité de mener correctement à terme une grossesse. Principaux troubles liés à l’obésité et pouvant causer des problèmes de fertilité :

B.) Chez l’homme : l’excès de poids peut entraîner une réduction de la production spermatique ou diminuer son activité. En effet, on a observé sur des prélèvements de sperme qu’un excès de poids pouvait réduire la production et la concentration de spermatozoïdes d’environ 21,6% et de 23,9% en cas d’obésité pathologique.

Faible poids

A.) Chez la femme : Une forte perte de poids ou des maladies de type anorexie nerveuse peuvent également avoir une influence sur la fertilité d’une femme.

La production de GnRH peut diminuer aussi en raison d’un poids trop faible chez une femme. Dans ce cas, l’ovulation peut devenir irrégulière ou même être interrompue. Une perte de production de GnRH peut également toucher la formation du revêtement utérin dans lequel l’embryon viendra s’implanter.

Trop d’exercice peut aussi entraîner un déséquilibre hormonal, et réduire la fertilité.

B.) Chez l’homme : un poids inférieur à la normale peut provoquer une réduction de la production et de l’activité spermatique encore plus sévère que dans les cas d’obésité. En effet, on a observé sur des prélèvements de sperme qu’un poids trop faible pouvait réduire la production et la concentration de spermatozoïdes d’environ 28,1% et de 36,4% en cas de malnutrition sévère.

Comment y remédier ?

En récupérant, de la manière la plus saine possible un poids normal, les déséquilibres hormonaux s’inversent souvent et ce retour à la normal permet ainsi de restaurer la fertilité perdue. De plus, la perte de poids chez les personnes obèses augmente les chances de grossesse.

Il est également possible de recourir à un traitement médical pour augmenter la fertilité mais toujours sous contrôle médical. La maîtrise de son poids reste cependant le meilleur des traitements.

Tabac, drogues, alcool et infertilité>>

Nous en parlons ?

Pour connaître les prix ou toute autre question

sur la procréation assistée, veuillez cliquer sur: