Réunions informatives et personnalisées en France Plus d'informations

Questions Frequentes

Selectionnez Votre Cas

Avant de commencer
Nous avons déjà commencé
Suis-je tombée enceinte ?
Au sens strict, les définitions admises sont les suivantes : 
Stérilité primaire : lorsqu’un couple, après un an de relations sexuelles non-protégées, n’arrive pas à obtenir de grossesse. 
Stérilité secondaire : lorsqu’un couple, après avoir eu un enfant, n’arrive pas à obtenir de nouvelle grossesse dans les 2 à 3 ans suivants des relations sexuelles non-protégées. 
Infertilité primaire : lorsque le couple obtient une grossesse mais que celle-ci n’arrive pas à terme. 
Infertilité secondaire : lorsqu’un couple, après une grossesse et un accouchement, n’arrive pas à mener une nouvelle grossesse à terme.
Environ 20 % des couples en âge de procréer font face à un cas de stérilité. En Espagne, environ 800 000 couples souffrent de stérilité.
Si vous tentez de tomber enceinte sans succès après plus d’un an de relations sexuelles non-protégées (ou six mois, si vous avez plus de 35 ans), vous devez consulter un spécialiste de la médecine reproductive. 

Nous pensons que l’âge est un facteur déterminant dans la fertilité. Ainsi, si vous êtes jeune, vous pouvez prendre votre temps, mais si vous avez plus de 35 ans, nous vous recommandons de ne pas attendre. Il faut savoir qu’à partir de cet âge, la fertilité commence à nettement diminuer. 
À Ginefiv, nous estimons que les problèmes de stérilité sont des problèmes de couple. Il est essentiel que la femme et l’homme soient autant impliqués l’un que l’autre dans toutes les étapes du diagnostic et du traitement. 

Les études médicales indiquent que la cause de stérilité est attribuée à la femme dans 50 % des cas et à l’homme dans 40 % des cas. Cependant, dans de nombreux de ces cas, les causes sont mixtes, c’est-à-dire qu’elles sont attribuées aux deux. Dans les 10 % des cas restants, la stérilité est déclarée être toujours inconnue après la réalisation de tous les examens diagnostiques.
Il s’agit d’un centre médical hautement spécialisé dans les méthodes de diagnostic et de traitement des problèmes de stérilité. Ces centres sont composés d’installations modernes et d’un personnel hautement qualifié pour réaliser les techniques les plus avancées de procréation médicalement assistée. 

Face à un cas de stérilité, il est toujours préférable de consulter un gynécologue spécialisé dans la reproduction, car l’étude de la stérilité comprend des examens qui ne sont pas réalisés lors d’un suivi gynécologique habituel.
Généralement, nous pouvons vous offrir un rendez-vous à Ginefiv dans un délai de 1 à 2 semaines. 
 
À partir de ce moment, il sera indispensable de réaliser une étude de fertilité personnalisée avant de commencer tout traitement. La durée de cette étude dépendra des examens demandés par l’équipe médicale. 

Si le diagnostic est clair, vous pourrez commencer immédiatement votre traitement. 

Dans le cas de don d’ovocytes, il faut savoir que le temps d’attente pour recevoir les ovocytes de la part d’une donneuse est très réduit. La grande quantité de donneuses à Ginefiv nous permet généralement de trouver des donneuses aux affinités phénotypiques et compatibles d’un point-de-vue génétique avec la receveuse en peu de temps. Bien sûr, le temps d’attente dépendra également de la complexité phénotypique. 
Bien que les médicaments hormonaux ne comprennent que peu de risques, le problème principal pouvant se présenter est celui du syndrome de l’hyperstimulation ovarienne à la suite du traitement hormonal. Ce syndrome peut survenir lorsque le corps de la femme réagit au traitement en produisant un nombre excessif d’ovocytes, générant des douleurs abdominales pendant quelques jours. Dans ce cas, il est parfois recommandé d’arrêter la prise de médicaments pour éviter les risques. Le pourcentage de cas d’hyperstimulation est toutefois faible et le gynécologue avertira la patiente lors des contrôles si un tel risque existe ou non.

Dans le pire des cas, la patiente devra être surveillée dans une clinique durant cette période. Pour votre tranquillité d’esprit, en plus de 30 ans d’expérience dans la procréation médicalement assistée à Ginefiv, nous n’avons jamais eu de tels cas avec complications graves pour la patiente. 

Par ailleurs, étant donné que nous ne réalisons plus d’anesthésie générale dans la plupart des cas, les complications possibles à ce niveau sont également très peu probables. 

Un autre risque est celui de la possibilité de grossesse multiple. Bien que la loi permette de transférer jusqu’à 3 embryons en même temps à une patiente, à Ginefiv nous ne transférons presque toujours qu’1 ou 2 embryons, pour ainsi minimiser le risque de grossesse multiple. Pour une fécondation in vitro, si 2 embryons sont transférés à jour+3 d’évolution, les chances d’une grossesse multiple sont de 20 %. Si vous êtes catégoriquement opposée à cette possibilité, il est possible de transférer un seul embryon à J+3 de l’évolution ou de le laisser évoluer jusqu’à J+5 et ainsi atteindre le stade de blastocyste, où les chances de grossesse sont considérablement meilleures.

Grâce à une efficacité croissante des procédés de fécondation in vitro, le nombre d’embryons nécessaire pour mener une grossesse saine à terme diminue de plus en plus. Ainsi, on note également une diminution des grossesses multiples. 
Oui. Après avoir suivi des milliers d’enfants nés de ces techniques dans le monde (insémination artificielle, fécondation in vitro, dévitrification d’embryons, micro-injection spermatique), il a été confirmé que ces enfants ont les mêmes risques d’altérations génétiques, de malformations, etc., que le reste de la population.

Le risque de transmission à la descendance masculine de la stérilité paternelle lors de l’utilisation de la micro-injection spermatique n’existe que dans certains cas de stérilité masculine d’origine génétique. Ainsi, l’enfant affecté devra lui aussi recourir à cette technique pour devenir père.
Les chances de fécondation et de grossesse dépendent des conditions de chaque couple et de la technique de procréation médicalement assistée employée. Pour connaître nos taux de réussite, vous pouvez consultez la page Nos résultats.
Il faut savoir que tous les follicules ponctionnés ne contiennent pas obligatoirement d’ovocyte et certains des ovocytes obtenus peuvent ne pas être aptes à la fécondation. 

Le nombre d’ovocytes obtenus peut considérablement varier en fonction de facteurs tels que l’âge, les éventuelles pathologies ou la réponse au traitement. La moyenne d’ovocytes obtenus est de 5 à 10 (environ 3 à 6 embryons fécondés) chez les femmes de moins de 35 ans. 

Même si nous ne transférons qu’un seul embryon dans l’utérus, il est possible de tomber enceinte, donc ne vous inquiétez pas si le nombre d’ovocytes obtenus ou d’embryons fécondés est bas. 
Les techniques de procréation médicalement assistée sont des procédés complexes affectant les aspects de la vie personnelle et de couple. Des doutes et des inquiétudes peuvent accompagner les sentiments de grand espoir et d’impatience. 

Ginefiv met à disposition de ses patients un service d’attention au patient (SAP) pour gérer, accompagner et répondre aux questions concernant le traitement. Notre service d’attention au patient vous apporte ainsi une grande expérience en procréation médicalement assistée, ainsi qu’un service de soutien psychologique gratuit pour tous nos patients. Notre objectif est de vous aider à faire face au traitement le mieux possible et de vous rassurer en cas d’anxiété. 
Nous vous assignerons une spécialiste responsable de votre cas, en fonction de la pathologie à l’origine de votre infertilité. Étant donné la grande plage horaire dédiée aux consultations, la même gynécologue ne pourra pas toujours s’occuper de vous. L’évolution de votre cas sera toutefois connue et constamment supervisée par le spécialiste responsable, ainsi que lors des sessions cliniques par toute l’équipe médicale de Ginefiv.
Les techniques principales de procréation médicalement assistée sont l’insémination artificielle et la fécondation in vitro (FIV). Dans la FIV, il faut distinguer la fécondation in vitro traditionnelle et la ICSI ou micro-injection spermatique. Pour plus d’informations, consultez notre section sur les traitements.
Il s’agit de techniques distinctes et chacune est recommandée pour des cas différents. 

L’insémination artificielle est une technique simple qui consiste à déposer les spermatozoïdes préalablement préparés au laboratoire dans la cavité utérine de manière artificielle aux alentours de la période d’ovulation. 

La fécondation in vitro est une technique plus complexe car elle nécessite d’abord une ponction des ovaires pour extraire les ovocytes de la femme qui seront ensuite fécondés par les spermatozoïdes au laboratoire. Après 2 à 5 jours de développement en incubateur spécialisé, les embryons obtenus seront déposés dans l’utérus, dans l’espoir que le processus naturel de la grossesse continue.
Les traitements de procréation médicalement assistée sont des processus supportables qui ne sont généralement pas douloureux. Tous les médicaments sont pris par voie sous-cutanée à la charge de la patiente. 

L’insémination artificielle est un procédé simple réalisé au cabinet médical et qui ne requiert pas d’anesthésie. Pour la fécondation in vitro, la ponction folliculaire est un procédé plus invasif, mais qui n’est pas douloureux non plus puisqu’il est réalisé sous sédation anesthésique au bloc opératoire. 

Le transfert embryonnaire a lieu sous contrôle échographique et n’occasionne qu’une gêne similaire à celle d’un frottis vaginal lors d’un control gynécologique de routine. 
Pour l’insémination artificielle : 
Vous aurez la possibilité de faire les échographies de contrôle du cycle à Ginefiv ou bien avec votre gynécologue, afin de ne vous déplacer qu’une seule fois pour l’insémination. Le jour de l’insémination, votre partenaire (si vous utilisez le sperme de votre conjoint) devra laisser un échantillon de sperme au moins 2 heures avant l’insémination. L’insémination artificielle dure 15 minutes et ne requiert pas de repos particulier, ni le jour même, ni les jours suivants. Vous pourrez donc reprendre le travail sans problème, mais en évitant les efforts physiques.

Pour la fécondation in vitro :
Comme dans les cas d’insémination artificielle, vous aurez la possibilité de faire les échographies de contrôle de la stimulation à Ginefiv ou bien avec votre gynécologue, afin de ne vous déplacer qu’une seule fois pour la ponction et le transfert.  Si vous utilisez le sperme de votre conjoint, le jour de la ponction ovarienne il devra laisser un échantillon de sperme, tandis que vous passerez au bloc opératoire pendant environ 30 minutes. Entre 3 et 5 jours plus tard, vous devrez revenir à la clinique pour réaliser le transfert d’embryons. Le transfert dure environ 15 minutes, et nous recommandons une période de repos relatif de 24 heures. Ensuite, pendant les 15 jours suivant le transfert jusqu’au test de grossesse, vous pourrez reprendre le travail normalement.
Environ 15 jours après avoir réalisé l’une des techniques, nous saurons si l’embryon s’est bien implanté, dans quel cas vous n’aurez pas vos règles, ou si au contraire, l’embryon ne s’est pas implanté et vos règles arrivent. Si vous avez vos règles, vous devez arrêter les médicaments. 

Si après 15 jours, vous n’avez pas eu vos règles, nous vous conseillons de réaliser une prise de sang hormonale appelée BETA-HCG. Si elle est positive, vous êtes enceinte. Vous devrez continuer à prendre les mêmes médicaments jusqu’à votre prochain rendez-vous avec votre gynécologue pour vérifier par échographie si la grossesse progresse bien et si l’on détecte un rythme cardiaque chez le fœtus.
À chaque fois qu’un traitement échoue, les patients peuvent se sentir découragés et perdre confiance en la technique utilisée. Il faut en discuter avec votre spécialiste à Ginefiv pour connaitre les pronostiques de votre cas et s’il convient de changer de traitement.

Faites confiance aux données que nous vous donnons concernant l’efficacité des traitements et gardez à l’esprit qu’après plusieurs tentatives, la probabilité cumulative de grossesse augmente (consultez la section Nos résultats).
La loi espagnole sur la procréation médicalement assistée limite à 3 le nombre maximum d’embryons pouvant être transférés. 
Il est impossible de vous garantir l’implantation. La seule chose que nous pouvons faire est de sélectionner les embryons qui, d’un point-de-vue morphologique, présentent la meilleure qualité. Si le nombre d’embryons est suffisant et si cela convient à votre cas en particulier, vous pouvez choisir de réaliser une culture prolongée des embryons, ou un diagnostic préimplantatoire pour augmenter les chances d’implantation.
Oui, même si le pourcentage de fausse-couches est plus élevé que pour les autres grossesses.

Avez-vous des doutes sur la fertilité ou la procréation assistée?