Le processus de reproduction « La reproduction féminine »

Quelques notions d’anatomie pour bien nous repérer

Le vagin ou colpos est un conduit fibro-musculaire élastique qui s’étend entre le vestibule vaginal et le col de l’utérus ou cervix utérin. Cet organe féminin a pour fonction de recevoir le pénis durant le coït et de servir aussi bien de conduit d’évacuation à la menstruation que de canal (inférieur) lors de l’accouchement.

L’utérus, également appelé matrice ou sein maternel, est l’organe dans lequel a lieu la gestation. C’est le plus grand organe de l’appareil reproducteur féminin. Il s’agit d’un organe musculaire, creux, en forme de poire, situé entre le col de l’utérus et les trompes de Fallope. Son intérieur est recouvert d’une membrane appelée endomètre.

Les trompes de Fallope sont des conduits musculaires qui relient l’utérus ou la matrice aux ovaires.

Les trompes de Fallope sont des conduits musculaires qui relient l’utérus ou la matrice aux ovaires.

Les ovaires sont des organes de la taille d’une noix et constituent la partie de l’organe reproducteur féminin chargée de produire et de secréter les hormones sexuelles et les ovules. Il s’agit de structures en forme d’amande qui ont chez la femme fertile les dimensions suivantes : 1 x 2 x 3 cm (leur taille variant au cours du cycle). Ils pèsent environ 6 à 7 grammes et sont de couleur blanc-grisé. Ils sont fixés de chaque côté de l’utérus par les ligaments utéro-ovariens et à la paroi pelvienne par les infundibulum pelviens. Les ovaires de la femme sont l’équivalent des testicules chez l’homme.

Les ovules

Les ovules sont les cellules sexuelles féminines (ou gamètes féminins). Il s’agit de cellules microscopiques (environ 80 microns) qui sont cependant beaucoup plus grandes que les spermatozoïdes. Elles sont sphériques et immobiles.

Tous les mois (environ tous les 28 jours), à partir de la puberté et jusqu’à la ménopause, plusieurs ovules vont entamer une étape de maturation dans les ovaires au sein de petits « kystes » remplis de liquides appelés follicules primordiaux, ce processus étant appelée l’ovogenèse. Un seul de ces follicules (qui contiennent une ovule) deviendra dominant, tandis que les autres s’atrophieront et seront absorbés par l’ovaire elle-même, et ne pourront plus servir ensuite.

Vers environ la moitié du cycle menstruel de la femme, le follicule dominant libèrera un seul ovule au moment de l’ovulation qui transitera par la trompe de Fallope en direction de l’utérus.

La réserve ovarienne

La quantité d’ovules ou, ce qui revient au même, de follicules primordiaux, dont dispose la femme, est appelée la réserve ovarienne et celle-ci est fixée dès avant sa naissance puisque, en effet, c’est vers la 20e semaine de gestation que la femme, avant sa naissance, aura le plus grand nombre de follicules primordiaux (près de 7 millions).

À partir de ce moment-là, le nombre de follicules diminuera peu à peu et ces derniers ne seront pas remplacés. La femme naîtra avec environ 2 millions de follicules primordiaux et il lui en restera environ 400 000 lors de sa première menstruation.

De nos jours, l’évaluation de la réserve ovarienne d’une femme constitue un élément fondamental pour un spécialiste de la reproduction à l’heure d’établir le pronostic reproductif d’une patiente. Cette évaluation repose sur des données extrêmement utiles comme peut l’être le dénombrement de follicules antraux rendu possible grâce à une échographie haute résolution ou l’évaluation hormonale de l’hormone FSH ou de l’hormone antimüllérienne (AMH).

Le cycle menstruel et l’ovulation

La glande pituitaire du cerveau est chargée de produire et de doser les hormones de contrôle des différentes étapes qui conduisent à l’ovulation. Les deux hormones qui régulent ce processus sont les suivantes :

Le mode de libération de ces hormones permet de diviser le cycle menstruel en trois phases :

La reproduction masculine>>

Nous en parlons ?

Pour connaître les prix ou toute autre question

sur la procréation assistée, veuillez cliquer sur: